Alors que l’année 2016 tire à sa fin, il est normal de revenir sur les nombreux événements que nous avons vécus. L’année fut marquée par de grands changements dans plusieurs industries et par des événements majeurs en politique internationale, dans les sports, en matière de technologie, dans la culture populaire et, comme toujours, dans nos vies personnelles.

La publication de Perspectives s’est avérée un des points forts de mon année. En janvier, nous avons discuté du pouvoir du mot « merci ». C’est dans cette optique que j’écris ce dernier billet de blogue de 2016.

Merci.

Merci d’avoir lu mes billets et d’y avoir répondu, que ce soit en ligne ou en personne. J’ai aimé vous faire part de mes réflexions, et les commentaires que j’ai reçus des fabricants, des détaillants et des autres lecteurs sur mes articles se sont avérés d’une valeur inestimable. Surtout, merci de m’avoir transmis vos propres réflexions et opinions.

J’ai d’abord hésité à créer le blogue Perspectives. Mes lecteurs – vous – en tireraient-ils une valeur? Susciterait-il la discussion et aiderait-il chacun d’entre nous à croître et à atteindre ses objectifs et cibles?

J’ai décidé de passer à l’action et de le créer parce que le sujet est extrêmement important pour moi. Je voyage beaucoup, et je suis toujours aussi étonné de voir à quel point les gens d’affaires de partout sont dévoués envers leur communauté et à quel point ils contribuent à notre économie.

Deux blogues, Du travail acharné ou du talent : que faut-il pour réussir? et Où sont passés les travailleurs spécialisés, ont suscité beaucoup de discussions et de commentaires. Ces deux sujets traitent de ce qu’il faut pour que notre industrie continue de croître. Ces éléments sont déterminants pour notre prospérité dans le domaine du bois et des matériaux de construction, pour la prospérité des entreprises en général et, en fait, pour la prospérité de notre pays. J’ai trouvé gratifiant de constater que vous étiez nombreux à y porter un grand intérêt.

Vous savez probablement à quel point l’éducation m’est importante – le rôle des universités, des collèges et des écoles de métiers dans notre réussite individuelle et nationale, et la question de déterminer si nous en faisons assez pour préparer la prochaine génération d’entrepreneurs. J’ai été ravi d’entendre dire qu’un lecteur a imprimé mon article de blogue pour le faire lire à son fils qui doit choisir un cheminement de carrière, ce qui a mené à une discussion animée à l’heure du souper.

J’aimerais vous faire part d’une histoire qui regroupe de nombreux points dont je vous ai parlé au cours de l’année, du tout premier billet sur les grandes retombées des petites entreprises à la façon dont les entrepreneurs contribuent à leur communauté en passant par l’écoute des clients et le contact avec eux sur le plan personnel. C’est aussi une histoire inspirante de bonne volonté et de bienveillance.

Un jour, Bonnie, propriétaire d’un magasin dans la région de l’Atlantique, a appris que Brooke, la fille de quatre ans d’un de ses clients, souffrait de paralysie cérébrale. Sur Facebook, Bonnie avait vu la jeune fille sur un vélo. Elle a donc demandé au père pourquoi celle-ci n’était pas sur son vélo. Il lui a expliqué que le vélo en question était conçu spécialement pour les enfants handicapés et que Brooke n’y avait accès qu’à l’hôpital de St. John’s, à Terre-Neuve. Bonnie a suggéré qu’il en achète un pour Brooke, car il était évident que cette activité la rendait heureuse. Le père lui a alors expliqué que le vélo coûtait 3 000 $ et qu’il n’en avait pas les moyens. Sans le vélo, le manque de mobilité de Brooke l’empêchait de jouer dehors avec ses amis. Bonnie a donc décidé de passer à l’action. Avec un premier 1 000 $ de la part de son magasin, elle a entrepris une collecte de fonds dans sa communauté dans le but d’acheter un vélo pour Brooke. Elle a commencé la collecte de fonds un vendredi, avec une affiche dans la vitrine du magasin, un pot pour amasser les dons et une publication sur Facebook. Le samedi soir, Bonnie et ses contacts dans la communauté avaient réussi à recueillir 5 200 $ pour Brooke.

Un mois plus tard, le vélo personnalisé était livré. « Nous l’avons présenté à la famille la semaine dernière, en plus des fonds additionnels que nous avons amassés pour Brooke », a déclaré Bonnie. La famille a été submergée par la gentillesse et la générosité de Bonnie et de la communauté. C’était déjà Noël pour tout le monde.

Cette histoire réconfortante fait partie des innombrables exemples de Canadiens et de petites entreprises qui aident véritablement leurs communautés. Pour mettre cette formidable histoire en contexte, la ville où habite Bonnie compte 1 400 habitants. J’ai été heureux d’entendre cette histoire. Grâce à Perspectives, je peux vous raconter des histoires de Canadiens ordinaires qui améliorent la vie dans leurs communautés partout au Canada.

community

En janvier, j’ai écrit à propos des raisons d’être entrepreneur et du fait qu’être maître de son destin en affaires pouvait apporter plus que la prospérité. Les contributions que les entrepreneurs font à notre société sont toujours pour moi une leçon d’humilité.

Que vous soyez lecteur, entrepreneur, consommateur ou fournisseur, vous enrichissez tous nos communautés en soutenant continuellement les petites entreprises.
Nous sommes chanceux de vivre au Canada, un pays au patrimoine riche qui offre de nombreuses possibilités. Nous avons la liberté de choisir notre destinée! Faisons de 2017 une grande année marquée par la santé, la joie et les possibilités.

Mes meilleurs vœux à vous tous!