Le travail acharné vient naturellement aux entrepreneurs, aux propriétaires d’entreprise et aux dirigeants. Les journées de travail qui s’étirent sont monnaie courante pour eux. Le concept d’équilibre travail-vie personnelle n’occupe pas une grande place dans leurs pensées.

Pour la plupart des entrepreneurs prospères, le travail, c’est la vie. Les deux concepts sont étroitement entrelacés. Nous ne faisons pas la distinction. Le travail ne s’arrête pas à 17 h. Nous travaillons dur. Nous rêvons de voir notre entreprise croître. Nous tirons une grande joie du fait de récolter les fruits de notre travail. C’est le secret de la réussite de bon nombre d’entrepreneurs.

.L’équilibre procure une énergie positive et permet de prendre des décisions judicieuses, entre autres en ce qui concerne les stratégies d’affaires. Comme je l’ai souvent dit, les difficultés surviennent quand nous passons trop de temps à travailler le nez dans nos affaires, et pas assez à les regarder avec distance. L’équilibre et la capacité de prendre du recul pour évaluer la situation sont fondamentales pour réussir à long terme. Voici une excellente citation de l’auteur Stephen Covey : « La plupart d’entre nous consacrent trop de temps à ce qui est urgent, et pas assez à ce qui est important ». Si, en tant que dirigeant d’entreprise ou entrepreneur principal, vous ne vous occupez pas de ce qui est important, qui va le faire?

Certaines personnes croient résolument que les entrepreneurs devraient accorder plus d’importance à leur propre équilibre travail-vie personnelle. D’autres suggèrent que cette idée ne ferait qu’inhiber la productivité et mener à l’échec. Le débat est passionné, mais les arguments, pour la plupart, hors de propos. L’équilibre travail-vie personnelle et les entrepreneurs sont comme chien et chat.

Néanmoins, nous ne devrions pas ignorer totalement le concept. Il nous faut respecter le fait que l’idée que se font nos employés d’un équilibre approprié peut s’avérer très différente de la nôtre. Pour eux, l’équilibre travail-vie personnelle peut représenter un élément crucial du contrat d’emploi.

Alors, comment gérer l’équilibre travail-vie personnelle tout en motivant ses employés et en les habilitant à travailler à la réussite de votre entreprise? C’est une question importante à la veille de la pénurie de main-d’œuvre qui menace d’engloutir l’Amérique du Nord.

Voici quelques éléments à considérer lorsque vous observez votre environnement de travail.

  • Le moral des employés : Les employés qui vivent un déséquilibre travail-vie personnelle peuvent en venir à réprouver leur lieu de travail. Des études ont démontré que les employés qui se sentent respectés et accomplis au travail redoublent d’efforts pour réaliser la vision de leur patron.
  • Productivité : Cela peut sembler insensé, mais les employés jouissant d’un meilleur équilibre travail-vie personnelle sont plus productifs, parce que, que vous le vouliez ou non, nous sommes tous à la merci de notre état d’esprit et de nos émotions. Une étude réalisée en 2009 par CEB (Corporate Executive Board) a démontré que les gens bénéficiant d’un bon équilibre travail-vie personnelle travaillaient 21 % plus fort que les autres.
  • La santé et le bien-être : Le stress peut tuer. Selon Emploi et Développement social Canada, les employés qui vivent un déséquilibre travail-vie personnelle courent trois fois plus de risques d’être atteints de problèmes cardiaques, d’infections, de blessures, de problèmes de santé mentale et de douleur au dos. Ils sont même cinq fois plus susceptibles d’être victimes de certains cancers.
  • L’épuisement professionnel : Une autre étude a révélé que les employés qui présentent un ratio élevé « d’interférence travail-famille » sont six fois plus susceptibles de souffrir d’épuisement professionnel et deux fois plus à risque de développer une dépression. Le déséquilibre travail-vie personnelle peut aussi mener à des problèmes moins graves. La recherche suggère qu’il peut baisser la productivité (voir ci-dessus), accroître l’absentéisme et augmenter les exigences de rémunération des employés.
  • La dépendance : La dépendance au travail, ou « boulomanie », est bien réelle. Les experts disent qu’elle survient lorsque le travail est motivé par la peur. Notre corps produit alors de l’adrénaline. À court terme, ce phénomène nous procure un surplus d’énergie. À long terme, il peut créer une dépendance. Le travail réduit le stress chez les personnes dépendantes au travail. Toutefois, ceux-ci souffrent de l’anxiété générée par d’autres difficultés de la vie, comme l’échec de leur mariage (40 % plus susceptibles) ou les problèmes de santé.

Comment ces facteurs influent-ils sur les résultats de votre entreprise?

L’épuisement professionnel et les effets de la dépendance au travail peuvent vous faire perdre des employés déjà difficiles à trouver – souvent les meilleurs et les plus brillants (et, évidemment, les plus travaillants). La productivité de votre entreprise risque d’en pâtir, et vous pourriez vous retrouver face à de graves problèmes de rétention et de recrutement.

Demandez-vous qui, dans votre entreprise, vous pouvez le moins vous permettre de perdre en raison d’un épuisement professionnel, à quel point remplacer cette personne serait difficile, et quel effet cela aurait sur vos résultats. Si les personnes sur lesquelles vous comptez et en lesquelles vous avez confiance souffrent d’épuisement professionnel, qu’en est-il de vos autres employés? Partiront-ils aussi bientôt? Et vous, comment survivrez-vous au départ de vos employés clés?

Je doute que la plupart des hauts dirigeants considèrent les implications de l’équilibre travail-vie personnel pour leurs employés. Ce n’est pas leur problème, non? Faux! Le bien-être de vos employés est essentiel à votre propre réussite.

Tenez aussi compte du fait que c’est vous qui donnez la cadence dans votre milieu de travail. Rien de mieux que de donner l’exemple. Par contre, si vous brûlez la chandelle par les deux bouts en travaillant tous les soirs, quel exemple donnez-vous? Vos bons employés — vos meilleurs — pourraient croire qu’ils doivent faire de même. À court terme, cela pourrait vous être profitable, par exemple pendant quelques journées, ou même quelques semaines. Mais après plusieurs mois ou années, les effets pourraient s’avérer désastreux.

La motivation personnelle qui prend sa source dans les activités non professionnelles (la famille, les amis, les loisirs) permet d’établir une éthique de travail solide et durable. L’équilibre travail-vie personnelle alimente l’éthique de travail. Selon mon expérience, les meilleurs entrepreneurs et dirigeants d’entreprise avec lesquels j’interagis maîtrisent bien le concept d’équilibre, ce qui contribue grandement à leur réussite.